Chevesnes, Roi du début de saison !
Chevesnes, Roi du début de saison !
Chevesnes, Roi du début de saison !
Chevesnes, Roi du début de saison !Chevesnes, Roi du début de saison !
Chevesnes, Roi du début de saison !
En ce début de saison, la nature déborde et nous offre une explosion de parfums et de couleurs.
Le printemps est synonyme de grands changements dans la nature, floraisons en tout genre, reproductions de la flore et de la faune, dont les poissons. Il est de plus en plus fréquent d'observer encore en cette période, des sandres ou des black-bass encore sur leur nid. Pour moi, il est inconcevable de tenter de les pêcher. Afin de laisser tout ce petit monde tranquille, je me tourne vers d’autres espèces : brochets, perches et surtout chevesnes, ce dernier étant très actif au printemps et en début d'été !
En cette fabuleuse période, j'en profite pour guetter l'activité des chevesnes, qui est l'un de mes poissons favoris à cette époque de l'année. Hyper opportuniste, ce poisson trouve en cette période bon nombre de sources différentes pour se nourrir. Longtemps délaissé des pêcheurs aux leurres, le chevesne a su trouver la place qu'il mérite dans le cœur du « leurriste moderne ». Ce poisson est d'ailleurs l'une des cibles favorites des compétiteurs "street fishing" car il peuple la plupart des fleuves et rivières de France et les beaux spécimens ne sont pas rare. Pour ma part, il m'a permis plus d'une fois de bien figuré dans des compétitions de pêche aux leurres.
Le chevesne, un poisson opportuniste
Le chevaine ou chevesne, est un cyprinidé opportuniste très réactif au leurre. Sa grande présence en Seine (que je pêche 90 pourcent de mon temps car très proche de chez moi), m'a permis d'apprendre à connaitre ce poisson et les subtilités de sa pêche. Quand les périodes où la pêche est difficile persistent, il est souvent le seul à bien vouloir être notre camarade de jeu ! Le chevesne est bien un poisson blanc mais son caractère carnassier arrive dès son plus jeune âge. Il arrive fréquemment de leurrer avec des imitations de poissonnets, des sujets de 20/25cm à peine! Il fut le premier gros poisson que j'attrapais lorsque je débutais la pêche aux leurres, dans la fin des années 90. Que d’émotions et de souvenirs !
Notre ami n'a pas vraiment d'endroit où on peut le trouver à coup sûr, il peut aussi bien être plaqué le long des berges, à l'abri du courant derrière une pile de pont ou tout simplement au beau milieu de la rivière, à roder avec quelques congénère.
Ce poisson est vraiment l'un des plus opportunistes qui soit, à l'image de ce que peut être le black-bass, le chevesne est capable de s'accommoder de l'environnement changeant qui l'entoure pour arriver à trouver de la nourriture. Insectes, alevins, fruits, débris végétaux... il trouvera toujours de quoi se nourrir. Quand les beaux jours sont là, la couche superficielle de l'eau se réchauffe, c'est à ce moment qu'on peut observer les premiers poissons en surface, à la fois pour simplement réchauffer leur corps mais évidemment pour venir y chercher de quoi grignoter.
Si les premiers rayons du soleil tardent à venir, les remous créés par les piles de ponts, pointes d'île, berges accidentées ou végétations semi immergées seront des lieux à viser en priorité.
Si le temps est plutôt pluvieux, les sorties d’égouts, même si ce ne sont pas les spots les plus jolis à pêcher seront à prospecter. Le chevesne y trouvera de la nourriture tant que l'égout "crachera".
Il côtoie aussi d'autres poissons blancs, tels que brèmes, gardons ou encore ides. Le chevesne sera reconnaissable grâce aux extrémités de ses nageoires qui apparaitront noires quand il sera sous la surface.
Le chevesne au poisson nageur
Comme dis plus haut, le chevesne est omnivore, alors comment et avec quel leurre le pêcher ?
La luminosité joue un rôle prépondérant sur la pêche du chevesne. Sa vue est bonne donc hors de question de lui proposer des coloris flashis si l'eau a une couleur claire ou lorsque la lumière du soleil est bien présente, sous peine de le voir refuser ou même fuir un leurre qui aura des couleurs trop criardes !
A titre personnel, j'ai quand même quelques armes favorites ! Les poissons nageurs sont des valeurs sûres, notre ami argenté y est particulièrement sensible. Les crankbaits m'ont permis à de nombreuses reprises de trouver les poissons lorsqu’ils n'étaient pas visibles en surface. Les modèles de 4 à 7 cm seront parfaits.
Les petits jerkbaits et autres minnows peuvent aussi faire la différence, ils auront l'avantage d'accepter plus de types d'animations que le crankbaits, surtout à vitesse soutenue.
Les couleurs, comme évoqué plus haut ont leur importance. Les coloris naturels semblent être au-dessus du lot, les effets de transparence sur certains poissons nageurs ont le don de lui plaire beaucoup, les fameux coloris "ghost" (fantôme). Les couleurs foncées sauront aussi déclencher leur agressivité : noir, marron, vert foncé… qui imitent certains reflets d'insectes (sauterelles, scarabées, guêpes…).
En surface, sensations garanties !
Mais la façon de le pêcher la plus intéressante pour moi de leurrer le chevesne, c'est la pêche à vue au leurre de surface. Si le temps le permet et que les premiers poissons apparaissent en surface, je n’hésite pas une seconde à opter pour cette technique. Il n'y a, pour moi, pas de meilleure sensation dans la pêche au leurre que de voir un poisson venir chercher votre leurre en crevant la surface. Il est de bon ton d'insister sur un point crucial quand on tente de pêcher les chevesnes à vue : la discrétion ! La réussite de cette pêche tiendra en grande partie de votre discrétion ou non sur la berge, bruits de pas, ombre sur l'eau, la couleur de votre tenue, tout doit être réfléchis pour ne pas éveiller la méfiance des poissons. Une fois le ou les poissons repérés, mettez-vous en position de lancer le plus discrètement possible. Avec un poisson nageur de surface, il est préférable de jeter quelques mètres derrière le poisson, prenez en compte aussi le courant (s’il y en a), il faut tant que possible, faire en sorte que ce soit le chevesne qui vienne chercher votre leurre et non l’inverse. Faites en sorte que votre leurre lui arrive le plus naturellement possible. Avec un petit popper, faites le justement « popper » plusieurs fois de suite, avant de faire des pauses plus ou moins longues. Avec un petit stickbait, je préfère à l'inverse, ne pas m'arrêter pendant l'animation de celui-ci et effectuer le fameux « walking the dog ». J'ai remarqué que la plupart du temps, lorsqu’une pause est effectuée, le chevesne, s'il a entreprit de suivre votre leurre, fera demi-tour aussi sec ! Pour les modèles de leurre, j'ai mes petits favoris. En popper, j'aime le Lucky Craft Bevy Popper, Le DUO Poco Poco et le Storm Gomoku Popper. En stickbait: Lucky Craft Sammy, Bevy Pencil et Gunnish et Smith Towadi.
Ces modèles sont ceux que j'utilise le plus fréquemment et bien d'autres peuvent parfaitement s'adapter aux situations que vous pourrez rencontrer au bord de l'eau. Le principal, c'est d'avoir confiance en ses armes !
Le chevesne à vue à l’imitation d’insecte
Une de mes techniques favorites pour leurrer le chevesne à vue, c'est la pêche au leurre souple imitation insecte. Ces leurres sont apparus il y a une dizaine d'années sur des sites américains, à ce moment-là, ces types de leurres étaient destinés principalement à pêcher du crappie et panfish (cousin de la perche soleil et du black-bass). Pour le chevesne, ces leurres sont parfaits pour sa traque à vue. Ce poisson se nourrit grandement ce qui « traine » en surface et il n'hésite pas à gouter tout ce qui l'intrigue. L'approche reste la même que celle de la pêche aux leurres durs, la discrétion sera votre atout premier ! Votre matériel devra être adapté à la taille des leurres utilisés, qui sera de 2 à 5cm mais aussi et surtout aux poids plumes de ceux-là, quelques grammes seulement !
Un ensemble très léger (canne de 1.90 m à 2.30 m, de ultra light à light en puissance et un moulinet de taille 1000 à 2500 est l’idéal) avec une tresse fine (entre 4/100 et 8/100) et un bas de ligne en fluorocarbone fin également d'une longueur de 1.50 m est tout indiqué pour propulser des leurres de quelques grammes.
Pour la présentation du leurre sur l'eau, privilégiez les lancers autour du poisson, de 1 à 3 mètres selon leur méfiance, vous pouvez jeter loin derrière lui, puis venir lui présenter votre friandise tout doucement, en faisant trembler votre leurre insecte comme le ferait un insecte fraichement tombé dans l'eau, par des vibrations transmises par le scion de votre canne, donc de votre poignet. L'idéal est de faire venir votre insecte devant le poisson grâce au courant, il n'y a pas présentation plus naturelle !
En termes de modèles de leurre, il y en a de plus en plus sur le marché. Je n'utilise pas tout, évidement mais j'ai quelques favoris, à commencer par le Big Bite Baits Crickets ; petit et coulant très lentement, il est très efficace quand les poissons ont du mal à venir percer la surface de l'eau mais on peut le faire flotter en ne le laissant pas percer la pellicule de la surface de l'eau et en utilisant la tension superficielle de l’eau (la même où gambade les Gerris, plus communément, les araignées d'eau). Il est possible aussi de les enfilés sur une tête flottante, je les fabrique moi-même, en enfilant une petite bille de balsa ou de liège sur la hampe d'un hameçon à hampe longue ou j’utilise les modèles destinés au Crappie.
Comme modèle flottant, l'Insecter de chez Reins et la Woodloose de chez Illex ont fait leurs preuves. Je rajouterais à ma liste la Imakatsu Baby Fujin Spider, la Smith Optera ... Il existe aussi, des imitations de fruits, baies et autres framboises… Ce genre de leurre est à avoir dans la boite car quand c'est la période et que certaines de ces friandises bordent les berges, il y a aucun doute sur le fait que Monsieur Chevesne est venu se régaler dans les parages ! Il existe d'autres modèles, tous peuvent convenir, à vous de trouver celui qui fera craquer nos amis les chevesnes !
Pour conclure, en ce début de saison, j'aurais plus que jamais ma petite boite avec mes leurres insectes, avec lequel je pourrais dégainer dès que je rencontrerais un chevesne ! N'hésitez pas à tenter de le pêcher dès que vous le rencontrerez, ces adversaires sont coriaces quand ils sont de bonne taille ! N’oubliez pas de vous faire plaisir et de relâcher un maximum de vos prises ! ENJOY !
Retour à l'accueil